mercredi 5 mai 2010

Vierzon 2010 - Compte rendu d'une édition réussie

C'est le WE incontournable pour les amateurs de flippers, l'endroit où il faut être autant pour les visiteurs que pour les exposants. Le grand nombre de visiteurs passionnés ou non de machines de bar est là pour le prouver. C'est pour cela que j'apprécie de participer à la fête en louant un stand.
Cette année fut meilleur que la précédente, même si l'affluence paraissait moindre et le nombre de machine en vente inférieur à certaines années. Ce fut une édition avec plus de stand professionnel, le style brocante étant de moins en moins visible. C'est assez logique car si j'en crois les questions que l'on m'a posé, les visiteurs préfèrent les machines totalement opérationnelles, livrables et garanties si possible. Notre stand est l'un des derniers qui se fout royalement de la présentation et de toute question de rentabilité. Nous avons cette année gagné haut la main le trophée du stand le plus mal foutu, autant par notre talent que par manque de compétiteurs. La professionnalisation des exposants est très importante, pour le meilleur ou pour le pire. Sur ce point, je n'arrive pas à me faire un avis définitif. La nostalgie me fait regretter les années brocantes et tranquilles, mais cette professionnalisation me fait aussi espérer de voir le marché des flippers devenir aussi mature et rentable que celui des jukes et des machines à sous, ce qui éviterait de voir tant de machines détruites dans le simple but de récupérer quelques pièces détachées. Le prix d'un flipper fonctionnel est tellement bas que certaines machines se négocient pour le prix de leurs afficheurs alphanumériques (expérience vécu à quelques mètres de moi le dimanche après midi).
Mon principal objectif était simple: vendre deux flippers amenés tant bien que mal, un mystic et un night rider. Ils trouvèrent deux nouveaux propriétaires pour un prix modeste dès le samedi. Je réussi à m'en séparer grâce aux prix bien supérieurs que pratiquaient certains exposants. Je les en remercie car grâce à cela j'ai pu revenir plus léger le dimanche soir. Je dus tout de même ramener le night rider à fin de livraison dans le 15ieme, dans un magasin de Harley. C'est la vertu de Vierzon, pouvoir vendre des flippers à de parfaits amateurs qui ne pensaient pas repartir avec une machine avant d'arriver, et qui voyant les prix raisonnables se sont laissé tenter et sont reparti avec. C'est la grande différence de Vierzon avec les autres petits salons, pouvoir toucher un public très large, bien au delà des collectionneurs qui se connaissent trop et finissent un peu blasé.
Trois jours de travail pour deux jours de salons, pour de parfaits amateurs comme nous qui ne recherchons pas vraiment à faire du commerce, c'est fatiguant. Le coté humain du salon reste l'élément qui nous motivera certainement l'année prochaine à renouveler l'expérience. Autre avantage non négligeable: tenir un stand vous empêche de parcourir les allées et de vous laisser tenter par quelques achats. Cette année fut exceptionnelle sur ce point, je suis revenu sans rien, pas même un flyer acheté. L'obligation de devoir revenir avec un flipper à livrer m'a bien aidé sur ce point.

C'est la rançon du succès: alors que les petits salons devrait réfléchir à s'organiser sur un seul jour pour que le bien des visiteurs et des exposants, Vierzon réfléchie à l'idée de passer à trois jours. Je m'étonne de cette proposition. Déjà qu'avec 2 jours on finit tous (exposants ou visiteurs) à s'ennuyer ferme sur la fin, alors imaginez sur 3 jours.
L'idée d'une journée pour les pro est également étonnante, car il n'y a plus de pro dans nos salons, en tout cas coté flippers. Ce sont au mieux des commerçants professionnels. Et puis pour les véritables pro, il y a l'ATEI de Londres en janvier.



En revanche concernant les pistes d'amélioration, je suggèrerai d'être strict sur le filtrage à l'entrée en dehors des horaires d'ouverture au public. La plupart des personnes sur le salon en dehors des heures d'ouverture ne sont PAS des exposants. C'est dommage, car les exposants doivent surveiller leur stand plus sérieusement (il y a eu de la fauche malheureusement pendant ces horaires), et c'est terriblement injuste vis à vis des gens honnêtes qui respectent les horaires ou les dates. Le pire c'est le samedi matin, où l'on peut voir des comportements indignes de la part de certains qui négocient dès 8h30 les meilleures pièces dans la précipitation. Un groupe d'Italiens en particulier se sont rendu célèbres sur le salon pour ce genre de comportement empressé. Heureusement tous les italiens ne sont pas comme cela, et beaucoup de français d'ailleurs ne sont guère plus convenables dans le respect des horaires. Pour le bien de tous un filtrage est nécessaire à l'entrée, sinon l'année prochaine on ouvre à 6h du matin et on ferme à 10h. Il faut prendre en considération les simples visiteurs qui respectent les règles et qui ont l'impression d'être les dindons de la farce.

Merci à tous ceux qui sont venu nous saluer, il sont nombreux à vouloir simplement discuter, échanger, et dire bonjour pour le plaisir de connaitre et se faire connaitre. D'autre plus timide ou alors simplement pressé ne se sont pas arrêté faute de temps. Ce sera pour une autre fois, car les occasions se renouvelleront.
Parmi les sujets de conversations lors du salon, reviennent souvent le fléau de la pensée unique qui parfois sévi sur certains forums, pensée unique qui peut se développer par manque d'avis divergents ou opposés. Nous sommes entré dans une ère de politiquement correct et de consensus mou, où la moindre critique est perçu comme une attaque personnelle, où les intervenants deviennent hypersensibles à tous échanges contradictoires. Ce genre d'environnement pousse de nombreuses personnes à l'auto-censure ou à la plus grande discrétion. Beaucoup finissent par se limiter à une activité de simple spectateur par peur de devoir donner leur avis. C'est l'un des problèmes des forums actuels, il devient difficile de s'exprimer librement sans déclencher de violentes polémiques. Un petit nombre d'intervenant finissent même par monopoliser le débat en exerçant une forte pression. Cette pression s'exerce parfois par les modérateurs eux mêmes. Dans ce cas particulier, les chances d'inverser la tendance deviennent quasi-nul. Pour résumer cela par une image simple, imaginons les arbitres d'un match de foot qui se mettraient de temps en temps à jouer eux-mêmes en équipe tout en exerçant leur activité d'arbitre. Mélanger les deux activités aboutie obligatoirement à des abus volontaires ou inconscients, et les simples joueurs finissent préfèrent parfois quitter la partie de dépit.
La meilleur chose qui ressort de ces salons, c'est la possibilité de rencontrer et d'échanger, sans le prisme déformant des forums, formidable pour la somme d'informations proposées mais terrible pour déformer les intentions de chacun. Heureusement la vrai vie et les rencontres que permettent les salons contrebalancent cela en permettant des échanges plus simples et plus directs. A signaler un anglais fort sympathique qui a créée un musée du flipper à quelques minutes du ferry, coté anglais. Assurément un lieu où j'irai d'ici peu pour saluer cette excellente initiative.
Un petit mot pour signaler le seul flipper sur lequel j'ai pu jouer plus d'une partie dans l'alignement: le Zodiac. Un flipper à la fois atypique et en avance sur son temps. Comme souvent avec Williams, c'est un mélange de modernité, d'innovation et de bizarre. Ce Zodiac est un bon exemple de ce mélange.
Bravo aux organisateurs, et à l'année prochaine.

PS:
Désolé pour la piètre qualité des photos. L'iPhone est réellement le plus mauvais appareil photo que je connaisse.

Petite sélection de liens:
Retrop-flip
Retro-flip - suite
FJ
FJ -suite
Musée en UK

1 commentaire:

patfish a dit…

En tout cas, merci à toi Vincent, Max et Jean pour votre accueil des plus sympathique !!! L'année prochaine, c'est les Limougeauds qui descendrons l'apéro.... bonne continuation pour ton Blog ! amitié, Patfish